Les Fourberies de Scapin, de Molière depuis la Comédie Française

Chargement de la carte…

Organisateur : Ciné Theatre

Date / Heure
06/11/2017 - 22/12/2017
9 h 00 min - 12 h 00 min

Lieu
le Ciné Théâtre

Voir les catégories (bas de page)

Les fourberies de Scapin de Molière

Mise en scène Denis Podalydès 

Durée : 2h

Proposition de créneau de diffusion : novembre/décembre 2017 (contacter le Ciné-Théâtre pour convenir d’un créneau de diffusion)

Tarif : 5€ par élèves, accompagnateurs gratuit

 

Octave et Léandre voient leurs amours contrariées face à deux pères autoritaires qui rentrent de voyage avec la ferme intention de les marier à des inconnues. Ils remettent leur destin entre les mains du rusé Scapin pour les aider…

Coups de bâton, avalanche de stratagèmes et autres fourberies rythment cette comédie de Molière qui a fini par s’imposer comme une œuvre incontournable du dramaturge.

 

Denis Podalydès revient en tant que metteur en scène Salle Richelieu avec Les Fourberies de Scapin qui, jouées plus de 1 500 fois par les Comédiens-Français, n’ont pourtant pas fait l’objet d’une nouvelle production depuis vingt ans.

Il aime l’idée d’une « pièce de troupe, écrite non pas pour la Cour mais pour le peuple », créée en 1671 au Palais-Royal pendant une période de travaux. Molière est alors libéré des contraintes des comédies-ballets et des comédies à machine : c’est du « théâtre pur » qui offre au metteur en scène une grande liberté d’action.
La scène se passe à Naples, porte ouverte à l’imaginaire maritime, tendue vers l’Orient. Face à deux pères autoritaires, deux fils aux amours contrariées s’en remettent au rusé Scapin, habité d’une folle énergie de revanche, double de Scaramouche, acteur italien à la vie aventureuse que Molière admirait : « à vous dire la vérité, il y a peu de choses qui me soient impossibles, quand je m’en veux mêler. » Si le valet bouffon reçoit des coups de bâton, et en rend notamment dans la célèbre scène du sac, Denis Podalydès rappelle qu’il tire son nom du verbe italien scappare qui signifie « s’échapper », « s’envoler ». S’ensuit alors, dans un climat de demandes de rançons et de contrariétés paternelles, une avalanche de stratagèmes et autres fourberies que l’auteur excellait à peindre.

 

Inscription :

Les réservations sont closes pour cet événement.

Retour vers :
|    Description de l'action    -    Formulaire d'inscription    -    Haut de page    |

Les commentaires sont clos.